un émouvant poème illustrant quelques raisons de l’immigration africaine


La traversée de l’espérance.

 

La traversée de l’atlantique, mon rêve, mon espérance, mon illusion.

Oh ! Grandes sont les douleurs qui m’accablent lorsque les portes légales pour cette traversée se referment sur mes pas sans motif valable.

Ma haine grandit quand la corruption s’emmêle pour l’obtention du tampon de la traversée.

À qui crier ma colère ?

Dans un monde détenu par dieu Argent et dame relation.

Ma seule issue, la traversée maritime peu importe qu’elle soit dans l’illégalité.

Mon illusion prend forces dans les clichés de mes compatriotes vainqueurs de la traversée affichant leur réussite sur les réseaux sociaux, ou dans les rues des villes africaines lors de leurs séjours en héros.

Périrai  comme la majorité des immigrants sur les bords ?

Je n’ai pas le temps d’y penser ne dit-on pas la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie ?

Je me nourris des pensées positives des vainqueurs.

À qui la faute si malheur m’arrive ?

Politiciens, ambassades, chômages, désespoir ?

Je n’ai pas le temps d’y penser sortir ma famille de la pauvreté m’anime

Oui rien ne m’arrêtera devant ma rage de réussir cette traversée maritime

Peu importe si mon corps flotte sur les eaux salées ou se compte parmi les défunts rejetés par les vagues si froides aux bords des côtes de Lampedusa ou tarifa

Ma couronne sera mon essai, mon envie de sortir de cette misère.

Certains l’ont traversé pourquoi pas moi ?

Quand vous trouverez une stratégie pour arrêter mon enthousiasme.

Je perdrai cette illusion.

Derrière l’eau, mon Illusion, mon espérance.

 

Auteur / source : Koffi Eric-Innocent Konan

Facebook Comments
Previous 5 précieux outils gratuits pour entrepreneurs et étudiants
Next Quand des inconnus se mettent à chanter ensemble dans la rue