observes et laves les mains de ton père


Un jeune homme passait un entretien d’embauche, pour obtenir un poste dans une grande entreprise. Après un premier rendez-vous de pré-sélection, le directeur adjoint l’envoya vers le directeur général pour une dernière entrevue. Ce dernier connaissait déjà bien ce candidat, impressionné par son excellent CV, riche de grandes écoles et autres stages intéressants. Aussi, quand DG lui demanda : « As-tu reçu une bourse d’étude pendant ton cursus scolaire ? », le jeune diplômé lui a répondu tout simplement « non ».

« Est-ce ton père qui a payé tes études ? »

« Oui » a répondu le candidat.

« Où travaille ton père ? »

« Mon père fait des travaux de forge. »

Le directeur demanda au jeune de lui montrer ses mains. Le jeune s’exécuta et lui présenta alors une paire de mains lisses et parfaites, d’un blanc presque laiteux.

« As-tu déjà aidé ton père dans son travail, ne serait-ce qu’une seule fois ? »

« Mon père a toujours voulu que j’étudie davantage. De plus, il sait mieux faire ce genre de tâches que moi. »

Le directeur reste pensif, puis lui dit enfin : « Je te remercie. Cet entretien est terminé, tu peux rentrer chez toi. Mais j’aimerais te demander une dernière chose : quand tu rentrera à la maison ce soir, observe et lave les mains de ton père. Tu pourras revenir me voir demain matin. »

Étonné, le jeune homme prit congé, puis décida de répondre à l’étrange requête du Directeur Général. Après tout, il le voulait vraiment, ce poste…

Quand il rentra à la maison, il se mit à chercher son père et lui demanda la permission de laver ses mains.

Son père se sentit heureux de la subite attention de son fils et les lui présenta avec bienveillance. Après un temps d’arrêt, le jeune homme entreprit de laver doucement les mains paternelles. Pour la première fois, il se rendit compte de l’état des mains de son père : elles étaient ridées, calleuses, pleines de gerçures, et avaient tant de cicatrices qu’il pouvait à peine toutes les compter. Certaines d’entre elles étaient encore à vif et quand il avait le malheur d’y toucher, son père tressaillait de douleur…

Pour le jeune homme, ce fut comme un seau d’eau glacée lancé en plein visage. Il se rendait compte, peu à peu, du sacrifice ultime effectué par son père. Car chacune de ces cicatrices représentait le prix à payer pour SON éducation, SES activités de l’école, SON futur.

Après avoir fini de nettoyer les mains de son père, le jeune lui proposa de mettre de l’ordre dans l’atelier. Cette nuit-là fut un magnifique moment entre père et fils, durant lequel ils parlèrent très longtemps.

Au petit matin, comme prévu, le jeune homme est retourné voir le Directeur Général.

Ce dernier s’est vite rendu compte des larmes qui embuaient un peu les yeux du jeune homme. Aussi lui a-t-il demandé : « Peux-tu me dire ce qui te fait pleurer et ce que tu as appris hier, en rentrant chez toi ? »

Le jeune a répondu : « J’ai nettoyé les mains de mon père puis j’ai fini par ranger son atelier… mais ce n’était pas le plus important. Je sais maintenant reconnaître ce qui mérite d’être apprécié. Sans mon père, je ne serais pas celui que je suis aujourd’hui. En aidant mon père, je me suis rendu compte de la dureté de son labeur et de mon arrogante indifférence. Aujourd’hui, j’apprécie son sacrifice à sa juste valeur et le trésor qu’il m’a légué, l’amour familial.

Le directeur a alors souri : « Voilà ce que je cherche chez mon personnel. Je veux engager des personnes pouvant apprécier l’effort fourni par les autres, des personnes qui ont conscience de la souffrance d’autrui, des personnes qui ne mettent pas l’argent comme seul objectif dans la vie… Tu es embauché ».

Facebook Comments
Previous Mouamar El Kadhafi, la dernière lettre
Next 10 puissantes citations de Ghandi