Le coupé-décalé : faut-il se laisser influencer par son aspect négatif ?


Créé dans les années 2000 par un groupe de jeunes ivoiriens vivant en France, le Coupé-décalé est aujourd’hui l’un des genres musicaux propre à la Côte d’Ivoire.

Le coupé-décalé est un mixage des rythmes toniques inspirés des percussions ivoiriennes et congolaises et des paroles joyeuses. Le tout était couronné par un art de s’habiller de vêtements de marques.

Ce courant musical a été crée  par la « Jet set », groupe composé en particulier de Douk Saga, Boro Sanguy, Lino Versace. Dans une atmosphère où la guerre a sévi, le coupé-décalé était bienvenu pour mettre de l’ambiance et de la joie dans le coeur meurtri des populations. 

Après la mort de Douk Saga, nous avons connu une éclosion de DJ prenant ainsi le relais pour pérenniser ce genre musical. Ils ont donné un style plus particulier à la danse de cette musique et cela suscite des regards émerveillés. 

C’est ainsi que le coupé-décalé est devenu une musique très populaire et affectionnée par bon nombre de jeunes Ivoiriens. Grâce au travail passionné, les artistes du coupé-décalé ont su donner une notoriété internationale à cette  musique Ivoirienne.

Alors, l’objectif fondamental de ce genre musical est de faire danser les publics afin de leur permettre d’oublier un tant soit peu les soucis quotidiens. 

En clair, il s’agit de faire la fête. Donc, le plus souvent les paroles ne sont forcément pas saisissables à l’oreille mais la mélodie à elle seule suffit à faire bouger. 

Le coupé-décalé a tellement conquis les Ivoiriens qu’il est impossible aujourd’hui de se rendre dans un maquis ou bars, un évènement, une fête sans entendre cette musique. On dira tout simplement que c’est la musique du show. Les enfants, les moins jeunes et les jeunes sont épris du coupé-décalé. Ainsi, le coupé-décalé vient enrichir davantage le portefeuille culturel Ivoirien.

Cependant, aujourd’hui plusieurs spéculations se font entendre dans l’appréciation de cette musique. En effet, pour certains, particulièrement les adultes, cette musique fait la promotion de la dépravation des moeurs. Entre autres, on peut citer l’exhibitionnisme des parties sensibles du corps de la femme dans les clips vidéos,  les clashs injurieux pour des questions de rivalité ou concurrence, les styles vestimentaires sans scrupule, langage incompris, etc.

Pour cette catégorie de personne, le coupé-décalé influe négativement sur la jeunesse en proie de modèle. 

Par contre, pour d’autres, il s’agit d’une musique de jeunes donc toutes les tendances qui vont avec, sont les bienvenues. Mais, le hic c’est que plusieurs jeunes prennent ces artistes comme référence. A cet effet, ils essaient de les imiter dans leurs manières de faire. Par exemple, des enfants qui veulent imiter leur danse et qui finissent par se faire mal. Des jeunes  filles et garçons qui s’habillent très mal en se réclamant être du style coupé-décalé, etc. 

Malgré ces opinions diverses, il faut reconnaître que le coupé-décalé est une musique au coeur de la jeunesse ivoirienne. Il demeure très apprécié des jeunes Ivoiriens. Mais, il leur appartient de savoir tirer profit du bon coté divertissant de cette musique sans se laisser influencer par l’aspect négatif. 

Michel ALIHONOU

Previous Le groupe de chants islamiques "Le silence des Mosquées" de retour à Abidjan
Next Ces paroles fortes qui vous motivent à oser et à aller de l'avant