Le «compost humain» légalisé par l’Etat de Washington aux USA


Désormais, en cas de décès à Washington, les populations pourront opter pour le compost humain des corps.

« Le compost humain » c’est la transformation des corps des défunts en engrais ou humus.

À compter de 2020, les habitants de Washington pourront en dehors des inhumations, crémations ou embaumements, transformer également leurs morts en compost humain. À les en croire, c’est plus écologique.

Le Parlement local de l’État de Washington sur la côte ouest des États-Unis vient de voter une loi autorisant le compost humain. Et des sociétés sont déjà prêtes pour ce nouveau marché funéraire. Transformer son corps en engrais sera possible dès le mois de mai prochain.

« La loi concernant les restes humains » – tel est son nom – a été signée ce mardi par le gouverneur de cet État du nord de la côte ouest. Elle légalise pour la première fois aux États-Unis la « réduction biologique naturelle » du corps humain et ouvre la voie au premier centre funéraire de réduction biologique du pays.

Une start-up basée à Seattle s’y consacre depuis une dizaine d’années. Baptisée « Recompose », la société a déjà effectué des tests avec six volontaires pour étudier la décomposition des corps. Selon ses conclusions, le compost humain serait doublement plus écologique : d’abord parce qu’il constitue un parfait engrais pour tout type de jardin et ce sans odeur. Ensuite parce qu’il permettrait de réduire l’emprunte carbone du défunt.

La start-up de compost humain de Seattle assure avoir mis au point un processus naturel accéléré de décomposition. Le corps est ainsi placé dans un conteneur appelé « vaisseau » rempli de copeau de paille et de luzerne, où l’humidité favorise le développement des bactéries.

Au bout d’un mois seulement, le corps du défunt peut être remis à ses proches sous forme…. d’un sac de terreau.

Source : RFI

Previous Les inégalités entre les riches et les pauvres des villes sud-africaines
Next COMMENT FAIRE SOUFFRIR VOS ENNEMIS