Deux étudiants inventent une poignée de porte qui s’auto-nettoie après chaque usage


Quoi de plus frustrant que de devoir toucher les poignées de portes, sûrement sales, alors qu’on vient tout juste de se laver les mains ?

Une situation du quotidien qui fait frémir les plus germaphobes d’entre nous. Pour contrer le problème, deux diplômés de l’Université d’Hong Kong, Sum Ming Wong et Kin Pong Li, ont conçu une poignée de porte qui utilise la lumière comme moyen de stérilisation ! Surprenant, non ?

Vous vous demandez sans doute comment ça marche : et bien, ce tube de verre comprend des bouchons d’aluminium à chaque bout. La poignée est couverte d’un vernis photocatalytique, composé de dioxyde de titanium, réduit en poudre. C’est ce vernis sur le tube qui rend capable la décomposition des bactéries, grâce à une réaction chimique, activée par une lumière UV.poignee-porte-auto-nettoyante-microbespoignee-porte-auto-nettoyante-microbes

Derrière ce projet, un phénomène qui a touché la Chine pendant les années 2000 : le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), une sorte de pneumonie qui a gravement touché la population. Une maladie qui s’est notamment répandue par contact avec la bactérie. Les étudiants expliquent donc que leur “poignée de porte auto-nettoyante” est parfaite pour éviter la contamination des germes, le tout en utilisant un processus de nettoyage basé sur la chimie.

Et oui, les poignées de porte des toilettes publiques sont grandement responsables de la propagation de maladies, comme vous vous en doutez. Alors voilà la solution pour y remédier : une invention qui élimine les bactéries à 99,8%. Ce projet est l’un des gagnants des James Dyson Awards 2019, qui récompensent les meilleurs concepts étudiants, et ce, dans le monde entier. Une innovation qu’on attend impatiemment ! Sinon, en attendant, il existe aussi ce petit robot qui se glisse dans votre lit pour éliminer les bactéries.

Source: CREAPILLS

Previous À 9 ans, il échange ses peintures contre de la nourriture pour aider les animaux des refuges
Next Paul-Marie Tanoh, un dessinateur à la touche originale