Kigali, ville verte: et si tous les pays pensaient vert comme le Rwanda ?


Construire la première ville verte en Afrique, tel est le projet du RWANDA.

Défi environnemental

Le pari d’une ville verte est audacieux, mais à Kigali, on y croit d’autant plus que les autorités ont décidé d’en décliner le concept dans six villes secondaires. Défi environnemental donc, mais aussi défi économique autour de ce qui a été baptisé du nom de code Green City. Les ingénieurs estiment entre 4 à 5 milliards de dollars l’investissement nécessaire à la construction de cette future cité 100 % durable. Point important de l’approche : miser sur des technologies vertes résiliantes, notamment en matière d’urbanisation et de transport. De quoi le roder au Rwanda avant de l’exporter vers d’autres pays du continent africain à plus ou moins longue échéance.

Projet annoncé pour 2020

Le début des travaux est annoncé pour janvier 2020. Tandis que les différentes études s’achèveront d’ici décembre prochain, a précisé à la presse Eudes Kayumba, le chef d’équipe adjoint du projet pilote Green City. Et qui se déroulent avec l’aide d’entreprises européennes, mais aucune française pour l’instant. Le Fonds vert rwandais (Fonerwa), avec le soutien financier de la Coopération allemande au développement, par l’intermédiaire de la Banque de développement de la KfW, a entrepris l’étude de faisabilité. Alors que Sweco, un cabinet d’ingénierie et d’architecture basé à Stockholm en Suède, a été retenu pour la mise en œuvre du projet.

Superficie de la ville verte

La ville verte occupera 620 hectares en périphérie de la capitale Kigali, dans le secteur de Kinyinya, district de Gasabo. Elle bénéficiera de technologies propres. Elle sera alimentée, par exemple, par des énergies renouvelables. Grâce à des installations de biogaz et solaires, et elle disposera d’un traitement durable des déchets valorisant le recyclage. La récupération, la réutilisation de l’eau, grâce à des réservoirs de stockage à l’échelle industrielle, réduiront les captages pendant la saison sèche et réduiront par ailleurs les eaux de ruissellement, amplifiées par la déforestation.

La réforme

Des forêts urbaines seront également préservées et étendues. Et tandis que les habitants circuleront en véhicules électriques, de pistes pour vélos et motos, également électriques, seront aménagées. L’utilisation de téléphériques est également envisagée pour les transports en commun au pays des Milles Collines. Dans le même esprit, les matériaux utilisés pour la construction des habitations et des bâtiments d’activités seront principalement locaux, donc plus respectueux de l’environnement, en limitant les transports, et moins cher.

Cette initiative est très salutaire dans la mesure où notre environnement est actuellement en danger avec l’histoire du réchauffement climatique. Il faut que l’ensemble des pays puissent y songer afin de sauver notre planète.

Lire aussi : VILLE-FORÊT, UNE PREMIÈRE DANS LE MONDE EN COURS DE RÉALISATION EN CHINE

Previous Les inspirantes paroles de THOMAS SANKARA
Next Edouard Akakpo-Lado, l'inventeur Togolais qui nous simplifie la vie