Cet homme a planté une forêt pendant 30 ans, un arbre après l’autre


Depuis 1979, alors âgé de 16 ans, un homme a planté une forêt entière mesurant 550 hectares. Soit une superficie plus grande que celle de Central Park à New York, et ce un arbre à la fois.

Nichée dans le nord de l’Inde, près du fleuve Brahmapoutre, se trouve l’île de Majuli. Un banc de sable géant qui a été l’une des plus grandes îles fluviale au monde. Sans aucun doute la plus grande du sud-est asiatique, et qui abrite quelques 150 000 habitants. C’est également là qu’est située la forêt de Molaï. L’une des forêts les plus insolites dans le monde pour avoir été plantée par un seul homme. Depuis 1979, le forestier Jadav Payeng a consacré sa vie à planter des arbres sur l’île, créant une forêt qui a dépassé la superficie du Central Park de New York.

Jadav Payeng, forest man, foret plante seul

Tandis que l’île compte une population assez importante. La rapide érosion au cours du dernier siècle a réduit la surface de l’île de Majuli de moitié. Cette érosion est due à des digues imposantes construites dans les villes voisines en amont afin de les protéger des inondations récurrentes du fleuve durant la mousson. A ce rythme et si rien n’est fait, l’île pourrait disparaître d’ici 15 à 20 ans. Stimulé par la situation désastreuse, Jadav Payeng pris l’habit d’un botaniste et planta de sa seule main des milliers et des milliers de plantes et d’arbres, dont 300 hectares de bambou.

L’oeuvre d’une vie

A la suite d’importantes inondations en 1979, des centaines de serpents d’eau s’échouent sur l’île et meurent d’épuisement, déshydratés. Jadav a déclaré au Times of India (un quotidien indien en anglais) que cet événement a été le tournant dans sa vie:

“Il n’y avait pas d’arbres pour protéger ces serpents. Je me suis assis et j’ai pleuré. J’ai contacté le ministère des Forêts et leur ai demandé s’ils pouvaient planter des arbres. Ils m’ont répondu que rien ne pousserait ici et m’ont conseillé la plantation de bambous. Ce fut dur mais je l’ai fait. Et tout seul.”

Il a alors entrepris la reforestation et le reboisement de cette île désertique pendant près des 30 ans qui ont suivi.

Jadav Payeng, forest man, foret plante seul

Le travail de Payeng a fortifié l’île de manière significative. Tout en fournissant un habitat à de nombreux animaux en voie de disparition qui sont retournés vivre dans la région : un troupeau de près de 100 éléphants (qui a depuis donné naissance à dix petits), des tigres du Bengale, et une espèce de vautour qu’on avait pas vu sur l’île en plus de 40 ans. Cette initiative donne un peu d’espoir pour notre monde, n’est-ce pas?

Cette histoire n’est pas restée inaperçue et a attiré l’attention du cinéaste William Douglas McMaster qui a récemment écrit et réalisé ce beau documentaire intitulé Forest Man. Le projet a été financé en partie l’année dernière grâce à la plateforme de crowdfounding Kickstarter.

Le documentaire est en anglais mais vous pouvez activer les sous-titres en français (bien qu’ils soient mal traduits).

Jadav Payeng, forest man, foret plante seul

Jadav Payeng, forest man, foret plante seul

Jadav Payeng, forest man, foret plante seul

Jadav Payeng, forest man, foret plante seul

Sources : Wikipedia, This Is Colossal, Carlo Bevilacqua

Facebook Comments
Previous 9 conseils et astuces pour faire le buzz et devenir viral
Next Classement des pays africains selon la qualité de l’air