LES BIENFAITS DE LA KOLA POUR LA SANTÉ


Originaire de la forêt tropicale de l’Afrique occidentale et centrale, la noix de kola est appréciée depuis très longtemps par les populations locales.
Histoire de la noix de Kola

La noix de Kola est produite dans les forêts tropicales s’étendant de la Guinée Bissau au Ghana. Elle est exportée vers le nord depuis des siècles. Grace à des caravanes de porteurs, jusque dans la région de la savane soudanaise occidentale.

La noix de kola est connue et consommée depuis longtemps en Afrique pour ses qualités nutritives. Elle était consommée pour supporter la fatigue lors des durs travaux d’agriculture ou de chasse. Elle est aussi présentée à la famille de la mariée lors des fiançailles.

La noix de kola fut implantée aux Caraïbes et en Amérique du Sud au 17ème siècle.

Par contre, sa renommée internationale n’apparut qu’à la fin du 19ème siècle. Plus précisément à partir de 1885 quand un pharmacien de la bonne ville d’Atlanta, aux États Unis, le docteur John Pemberton créa un remède énergisant à base de noix de Kola.

La noix de Kola comme stimulant

La noix  de Kola stimule la vigueur sexuelle grâce à sa teneur en caféine. La preuve, la poudre de la noix de kola  communément est une poudre magique et est beaucoup prisée par les personnes souffrants de faiblesse sexuelle.

La noix kola combat la fatigue physique, intellectuelle et mentale. En effet, la caféine contenue dans la noix de kola stimule le système nerveux central. Ce qui accroît l’attention et aide à lutter contre la somnolence et l’endormissement. La noix de kola augmente la tension artérielle et soulage un mal de tête résultant d’une mauvaise circulation périphérique.

La noix de kola étant très riche en méthyl xanthines, notamment la caféine, est utilisée par l’industrie pharmaceutique pour fabriquer divers médicaments contre l’apnée des enfants prématurés, les maladies pulmonaires obstructives chroniques.

 

 

 

 

 

Facebook Comments
Previous Abla Pokou : l'exode d'une reine d'Afrique
Next Une statue de Ramsès II trouvée au Caire après 3000 ans