4 leçons que j’ai retenues des fourmis


Prêtons souvent attention à la nature et à toutes ses composantes. Parce que chaque élément à l’instar des fourmis nous enseigne forcément quelque chose.

Assis quelque part, je tuais le temps en parcourant les pages d’un livre avec délectation. Immergé dans ma lecture, je ne prêtais pas attention à ce qui se passait autour de moi. D’ailleurs, ne dit-on pas que lorsque vous êtes concentré sur quelque chose, vous n’avez pas le temps de voir autre chose ? C’était donc mon cas. Soudain, je sentis un mouvement qui attira aussitôt mon attention. Je détourne alors mes yeux et je tombe sur de petites fourmis qui étaient en train de transporter une libellule. Curieux, je décide d’observer la scène jusqu’au point final. Car, je me disais qu’elles abandonneraient leur régal qui ne pourrait certainement pas entrer dans leur fourmilière du fait de sa taille. Mais j’avais vite conclu. Elles ont réussi à faire entrer leur manne non pas sans difficulté. Et là, j’étais rempli d’admiration et d’étonnement par l’extraordinaire travail des fourmis. Je marque un arrêt puis je me dis « Dieu est vraiment fort ! Comment est-ce possible ? » Après cette scène, je retiens 4 leçons des fourmis que je partage avec vous.

1- La solidarité

Un adage dit : « l’union fait la force. » Les fourmis en sont donc une parfaite illustration. Voyez-vous, le poids d’une seule fourmi ne vaut rien contre celui de la libellule. Donc une seule fourmi ne pouvait prétendre la déplacer en comptant sur ses propres forces. Mais dans l’union, elles ont pu déplacer la bête jusqu’à leur destination souhaitée.
C’est ce qui manque souvent aux hommes que nous sommes dans certaines mesures. Chacun veut faire montre de sa force afin qu’on lui jette toutes les fleurs d’honneur et finit par tourner en bourrique sans pouvoir atteindre ce but. Pour progresser dans n’importe quel domaine, nous devons apprendre à travailler et avancer en équipe quand cela est nécessaire afin d’atteindre un objectif commun.

2-La patience

Si je vous dis le temps que j’ai pris à observer la scène jusqu’à son apothéose, vous ne croiriez pas. Alors, les fourmis savaient que ce n’était pas une tâche facile de déplacer ce gros morceau en comparaison à leur taille. C’est pourquoi elles n’étaient pas si pressées. Elles avançaient à leur rythme et se faisaient relayer constamment au besoin.
En toute chose que vous faites, si vous n’avez pas la patience, vous n’iriez nulle part. Youssoupha a dit :

La patience pour moi, c’est d’agir en attendant.

Les fourmis agissaient en attendant de voir la fin de leur action. Elles ne se sont pas stagnées là, en attendant le parfait miracle qui viendrait les aider. Nous devons donc savoir faire le premier pas en attendant une aide quelconque. Au lieu d’attendre patiemment sur nos lauriers.

3-La persévérance

Vous pouvez être solidaires et patients. Mais si vous n’êtes pas persévérants dans ce que vous faites, vous ne feriez pas long feu. La persévérance est la capacité à résister et à demeurer ferme et constant dans ce qu’on fait. Les fourmis n’ont pas dérobé à cette règle dans la mesure où elles sont restées fermes et constantes dans leur mission. Elles auraient dû abandonner mais niet ! Elles ont persévéré jusqu’au bout.
Parfois, nous les humains ne savons pas persévérer. Combien sommes-nous à jeter l’éponge à la première tempête qui nous bouscule ? Combien sommes-nous à abandonner nos rêves à cause de certaines circonstances ? Les fourmis n’ont même pas toutes les capacités et facultés que nous avons mais elles n’abandonnent pas malgré les circonstances.

4-L’adaptation

À l’aide d’un minuscule bois, j’ai essayé de comprendre quelque chose avec ces fourmis. En fait, je posais le bois sur leur chemin pour faire office de barrage. Et vous devinez leur réaction ? Soit, elles contournent carrément le bois, soit, elles grimpent dessus pour passer. Ou à défaut, elles s’attroupent autour de la libellule en attendant de trouver une autre solution. En clair, sur leur chemin, lorsqu’un obstacle survenait, les fourmis s’y adaptaient et continuaient. Mais en aucun cas, elles ne se retournaient. Quand elles sont arrivées à l’entrée de leur tanière, elles ont constaté que la libellule ne pouvait pas entrer facilement. Donc, elles se sont divisées en trois groupes. Un groupe s’est devancé dans le trou et tirait la bête à l’intérieur de par sa tête. Quant aux deux groupes restés dehors, l’un la poussait dedans et l’autre groupe était monté sur les ailes de la bête histoire de l’aplatir afin qu’elle entre facilement dans le trou. C’est stratège et réfléchi n’est-ce pas ? Et croyez-moi, le résultat était extraordinaire. Les fourmis sont parvenues à faire entrer la libellule malgré les difficultés rencontrées. Elles ont su s’adapter à chaque situation.
C’est ce qu’il nous faut. Quoi que nous fassions, où que nous soyons, nous devons être en mesure de nous adapter à l’environnement ou la situation qui prévaut.
Prêtons souvent attention à la nature et à toutes ses composantes. Parce que chaque élément à l’instar des fourmis nous enseigne forcément quelque chose. Quant à moi, j’ai été émerveillé par ces grandes leçons des fourmis.

Michel ALIHONOU

Previous Séraphin KOUA, fondateur du Groupe 2IAE/2IFE, une figure d’exception et une grande chance pour la Côte d’Ivoire
Next Des écoles construites en plastique recyclé en Côte d'Ivoire