Romario Rolook : « ma peinture questionne une société en quête de repères »


Romario Rolook Lukau est né à Kinshasa, en République Démocratique du Congo en 1994.

Il est diplômé d’Etat à l’Instruit des Beaux-arts en 2012 et aussi gradué en peinture en 2015.

Après ses études à l’Académie des Beaux-Arts, il met son talent à profit en faisant des portraits pour vivre de son art. Ce qui est aujourd’hui une de ses qualités et un de ses thèmes de prédilection.

Il figure parmi les membres co-fondateur du collectif « Tokeyi » , qui veut dire avançons en Lingala. Il s’agit d’un collectif des jeunes artistes Kinois au profit du développement de l’art dans leur société par la recherche d’un style individuel et créatif.

La culture et les valeurs au coeur de sa démarche artistique

Mon approche technique attrait à la réminiscence ancestrale de la pratique de l’écriture sur le corps comme dans l’ancien temps.

Autrefois les populations sans écriture avaient du mal à s’identifier, les écritures sur les corps ont servi comme marqueur social et code pour identifier les individus selon leur rôle ou leur fonction dans la société.

À travers ma peinture je vise à reproduire mes questionnements face à une société en quêtes de repère. Mon œuvre interroge, car il est vrai que notre système de valeur constitue la base de notre identité.

 

 

Lire aussi : DA KABEMBA : « J’UTILISE LES COULEURS POUR SOIGNER MA DOULEUR »

 

 

Previous s'il ne reste qu'une étincelle, elle doit être une étincelle qui brille de mille feux
Next Cette tribu éthiopienne utilise des plantes comme outil de mode

Suggested Posts

13 sites de Freelance pour se faire de l’argent sur internet

Ce climatologue a représenté le réchauffement climatique mondial depuis 1850

AFRIC ART, une association qui promeut la culture en Côte d’Ivoire

8 CV gratuit et créatif à télécharger