Paul Sika : un artiste photographe rempli de créativité qui frôle le cinema


Né en 1985 en Côte d’Ivoire, Paul Sika part à Londres en 2003 pour devenir ingénieur en informatique.

Tout juste diplômé de l’Université de Westminster au Royaume-Uni, il décide de se tourner vers le monde de l’image. Fortement influencé par le cinéma fantastique, le dessin animé, les mangas mais aussi les contes africains, il collecte et rassemble au moyen d’un appareil photo tout ce qui s’anime autour de lui et le renvoie à ces univers qui le fascinent.

Un parcours plein de couleurs

De retour à Abidjan en 2007, il réalise ses premières œuvres qu’il qualifie de photomaking. Si Paul Sika se définit comme un Photomaker, à la croisée du filmmaker et du photographer, l’acte photographique en lui-même n’est qu’une étape de son processus de construction picturale. Il crée ses photographies comme on réalise un film.

 

Proche du simulacre, cette approche consiste à construire une image plutôt qu’à la saisir sur le vif. Tel un metteur en scène, il installe ses personnages dans un décor cinématographique. Tout en représentant des scènes issues d’un univers ordinaire, jouant avec les liens qui existent entre fiction et réalité, jouant avec le réel, ses codes et ses clichés.

L’engagement artistique de sa création d’image s’opère à toutes les étapes. Ainsi, sa culture artistique, sa maîtrise du vocabulaire plastique et surtout son sens élevé de l’imagination se déploient en filigrane dans son œuvre. Allant de la culture populaire ivoirienne à la peinture contemporaine via des scènes mythologiques.

En 2008, la Galerie le LAB 2.0 à Abidjan présente sa première exposition personnelle. Alors, la Galerie Cécile Fakhoury lui consacre une exposition intitulée Collection II : L’appel de Lilian en 2012. Il a participé à la foire 1:54 Contemporary African Art Fair, Somerset House à Londres en 2013 et 2014, et à New-York en 2015.

 

Son travail a été présenté à Dak’Art Off à la Fondation Total, Sénégal. Ainsi qu’à l’exposition Group Show à la Galerie Cécile Fakhoury à Abidjan en 2014.

En 2016, il participe aux OFF de la 12ème Biennale de Dakar. Avec l’exposition ‘‘Elsewhen’’ dans le cadre du projet ‘‘Dakar, ville créative et numérique’’ initié par l’Unesco.

 

 

Source : Contemporary African Art – Art Contemporain Africain

 

Lire aussi :

KOUNGOLO BA, UN STREET ARTISTE IVOIRIEN MARQUE SON TERRITOIRE

UN PHOTOGRAPHE IVOIRIEN RECOUVRE LES MURS DE PAGNE À CASABLANCA

Previous 10 secrets pour rendre votre vie encore plus palpitante
Next Un remède ultime contre le cancer partout en Afrique

Suggested Posts

VINICUNCA, LA MONTAGNE AUX COULEURS DE L’ARC-EN-CIEL

Dans la tête de Oualas à 24h du festival Afrique Du Rire

Mogho Naaba: Empereur des Mossis

13 sites de Freelance pour se faire de l’argent sur internet